L’administration fiscale distingue trois grandes catégories de travaux : les travaux de réparation et d’entretien, les travaux d’amélioration et les travaux de construction et les travaux d’agrandissement. Toutes ne constituent pas des travaux déductibles de l’impôt sur le revenu.
Sommaire
Partager nos secrets
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Quels sont les travaux déductibles de vos revenus fonciers ?

Valoriser votre bien immobilier tout en diminuant votre assiette imposable, c’est possible grâce aux travaux déductibles des revenus fonciers. Vous devez toutefois être assujetti au régime du réel, étant entendu que tous les travaux immobiliers n’ouvrent pas droit à la déductibilité.

 

Précision : dans cet article, nous abordons les travaux déductibles des revenus fonciers. Pour être considérées comme des revenus fonciers, il faut que les recettes locatives proviennent d’un logement mis en location vide.

 

Quels sont les différents types de travaux selon l’administration fiscale ?

 

L’administration fiscale distingue trois grandes catégories de travaux : les travaux de réparation et d’entretien, les travaux d’amélioration et les travaux de construction et les travaux d’agrandissement. Toutes ne constituent pas des travaux déductibles de l’impôt sur le revenu. La lisière est parfois un peu mince entre ces catégories, et en l’absence de définition légale précise, c’est toujours la jurisprudence qui tranche pour apprécier leur caractère déductible.

 

Lire aussi : Comment calculer l’impôt sur les revenus locatifs ?

 

Définition : les travaux de réparation et d’entretien

 

Selon le Bofip, les dépenses de réparation et d’entretien sont celles qui ont pour objet de maintenir ou de remettre un immeuble en bon état et d’en permettre un usage normal, conforme à sa destination, sans en modifier la consistance, l’agencement ou l’équipement initial.

 

Définition : les travaux d’amélioration

 

Les dépenses d’amélioration sont celles qui sont engagées pour ajouter des éléments ou des équipements nouveaux au bien immobilier sans en modifier la structure.

 

Lorsque les travaux d’amélioration sont réalisés en même temps que des travaux de réparation ou de construction, l’ensemble constitue normalement un tout indissociable. 

 

Définition : les travaux de construction, reconstruction et d’agrandissement

 

Les dépenses de construction et d’agrandissement sont celles qui modifient substantiellement le gros œuvre de l’immeuble existant ou qui augmentent sa superficie. En principe, les travaux de construction sont indissociables des autres travaux.

 

Lire aussi : Nos conseils pour réussir votre investissement immobilier

 

Comment fonctionne la déductibilité des travaux des revenus fonciers ?

 

Les dépenses qui entraînent une augmentation de la valeur de votre bien ne peuvent jamais être déduites de vos revenus. A priori, les travaux entrent dans ce cas de figure. En réalité, il faut distinguer selon la catégorie de travaux, comme nous le verrons plus loin. La déductibilité des travaux des revenus fonciers est ainsi possible, sous réserve d’être assujetti au régime du réel et d’avoir la charge des dépenses.

 

Les travaux déductibles des revenus fonciers : seulement au régime réel

 

Les revenus locatifs que vous percevez de la location vide sont considérés comme des revenus fonciers. En conséquence, pour l’imposition de vos recettes locatives, vous disposez de deux options : le régime fiscal du micro-foncier et le régime du réel.

 

Avec le régime du micro-foncier, les travaux ne sont pas déductibles des revenus fonciers. Vous bénéficiez en effet d’un abattement de 30 % au titre de toutes vos dépenses.

 

À l’inverse avec le régime réel, vous pouvez déduire vos charges des revenus fonciers, dont certains travaux.

 

Les travaux déductibles des revenus fonciers doivent être à la charge du propriétaire

 

Pour que les travaux soient déductibles des revenus fonciers, il faut qu’ils soient à votre charge, en votre qualité de propriétaire bailleur. Les dépenses de travaux que vous répercutez sur votre locataire ou qui sont engagées par ce dernier au titre des charges locatives ne peuvent donc pas être déduites des revenus fonciers.

 

Par exception, constituent des dépenses de travaux déductibles des revenus fonciers celles qui sont occasionnées par un cas de force majeure ou la vétusté. Dans cette hypothèse, les charges normalement considérées comme locatives perdent leur caractère locatif.

 

Comment générer un déficit avec des travaux déductibles ?

 

Le régime réel vous autorise donc à déduire vos travaux et autres dépenses. Si ces charges sont d’un montant supérieur à votre impôt, alors vous créez un déficit foncier. L’avantage, dans cette hypothèse, c’est que le déficit foncier peut être déduit de votre revenu global, dans une limite de 10 700 € par an. En d’autres termes, si les revenus de votre foyer atteignent 45 000 € et que vous générez un déficit de 10 000 €, alors vous serez imposé seulement sur 35 000 €.

 

Si votre déficit est supérieur au plafond de 10 700 €, vous pouvez reporter l’excédent pendant les 6 années suivantes sur vos revenus fonciers, toujours dans cette limite de 10 700 €. Toutefois, tous les travaux ne sont pas déductibles des revenus fonciers, comme nous allons à présent vous l’expliquer.

 

Quelles catégories de travaux sont déductibles des revenus fonciers ?

 

Reprenons chacune des catégories de dépenses pour déterminer lesquelles constituent des travaux déductibles des revenus fonciers et celles qui ne le sont pas, avec des exemples.

Travaux de réparation et d’entretien : déductibles des revenus fonciers

 

En investissement locatif, vous êtes autorisé à déduire les travaux de réparation et d’entretien des revenus fonciers, que le bien soit situé en zone rurale ou urbaine. Sont considérées comme des dépenses de réparation et d’entretien celles permettant le maintien en état du logement en location nue pour qu’il soit conforme à sa destination. Entrent dans cette catégorie :

 

  • Le traitement des bois contre les insectes xylophages ;
  • Les dépenses engagées pour la réalisation des différents diagnostics techniques comme celui de l’amiante, du plomb, des installations électriques ou de gaz ;
  • La remise en état de la toiture ou le ravalement des façades ;
  • Le remplacement des éléments des radiateurs ;
  • La réparation des plafonds, escalier ou planchers…

 

Lire aussi : Comment rénover une maison ?

 

Travaux d’amélioration : déductibles des revenus fonciers

 

En principe, les dépenses d’amélioration sur un bien en location ne sont pas déductibles des revenus fonciers, car elles sont susceptibles d’engendrer une valorisation immédiate du logement.

 

Toutefois, elles le deviennent dès lors qu’elles portent sur des locaux à usage d’habitation. De la même manière, les travaux portant sur des propriétés rurales sont déductibles des revenus fonciers.

 

Avec des travaux d’amélioration, vous allez apporter un élément de confort nouveau ou un nouvel équipement au logement, sans attenter à l’existant. Entrent dans cette catégorie, les travaux relatifs à :

 

  • L’installation d’un chauffage central ;
  • La rénovation d’une salle de bain ou d’une cuisine ;
  • L’installation d’un tout-à-l’égout.

 

Bon à savoir : si vous avez déjà obtenu un crédit d’impôt pour une dépense d’amélioration portant sur la rénovation énergétique, alors vous ne pouvez pas la déduire des revenus fonciers. En revanche, la part qui excède le plafond du crédit d’impôt entre dans la catégorie des travaux déductibles des revenus fonciers.

 

Travaux de construction et d’agrandissement : non déductibles des revenus fonciers

 

En principe, les dépenses engagées pour la construction, la reconstruction et l’agrandissement d’un bien immobilier ne constituent pas des travaux déductibles des revenus fonciers. Cette disposition s’explique par le fait que les dépenses d’investissement de cette catégorie sont susceptibles de valoriser immédiatement le logement.

 

Le législateur a prévu deux exceptions, en faveur des propriétés rurales et des déductions d’amortissement prévues par les dispositifs Périssol, Besson neuf et Robien (sous conditions d’engagement de location).

Ainsi, ne constituent pas des travaux déductibles des revenus fonciers ceux portant sur :

 

Cas des travaux de différentes natures

 

Certaines opérations de réhabilitation ou de rénovation d’un bien immobilier nécessitent d’engager des travaux de différentes catégories, de manière conjointe ou successive. Dès lors, il peut être difficile de déterminer lesquels sont déductibles des revenus fonciers, avec redressement fiscal à l’appui. Selon la jurisprudence, il convient d’apprécier le caractère déductible des travaux selon s’ils sont dissociables ou non des autres.

 

Le principe est simple à première vue : si les dépenses sont dissociables, alors il faut apprécier la déductibilité des travaux catégorie par catégorie. Les travaux de rénovation, d’entretien et d’amélioration pourront ainsi être déduits des revenus fonciers, mais pas les travaux de construction.

 

À l’inverse, si les dépenses sont indissociables, il convient d’apprécier globalement la déductibilité des travaux, et non pas catégorie par catégorie. Le Conseil d’État est venu dire que les travaux de rénovation réalisés à l’occasion de travaux de reconstruction et d’agrandissement ont un caractère indissociable. Ainsi, les travaux de rénovation ou d’amélioration qui pourraient être déductibles ne le sont plus car ils sont assimilés aux travaux de reconstruction.

 

Par exemple, vous engagez des travaux de rénovation d’un logement existant, en modifiant la répartition des pièces et en étendant sa superficie avec un garage. Dans le même temps, vous réalisez des travaux portant sur la toiture de l’immeuble. Deux questions se posent ici :

 

  • La fraction de travaux de rénovation portant sur l’existant peut être déduite des revenus fonciers ?
  • La fraction de travaux portant sur la toiture de l’existant est-elle déductible des revenus fonciers ?

 

Comme de lourds travaux de reconstruction et d’agrandissement ont été engagés, il n’est pas possible d’en dissocier les travaux de rénovation. Par voie de conséquence, aucune des dépenses réalisées à cette occasion n’ouvrira droit à la déduction. Il vous faut donc vous montrer prudent au moment de faire votre déclaration d’impôt !

Au travers nos offres d’investissement locatif clé en main, nous sommes en mesure de vous conseiller sur les déclarations adéquates et d’envisager les travaux permettant de maximiser la génération de déficits fonciers (quand cela s’avère possible) !

Secrets recommandés
Peut-on faire du LMNP en SCI ?
Dès lors, la SCI étant une société par défaut à l’IR, il pourrait être aisé de penser qu’il est possible de faire du LMNP en SCI. Malheureusement, cela n’est pas possible en principe.
Faut-il investir dans une SCPI de plus-value ?
En collectant l’épargne des particuliers en émettant des titres (parts sociales), la SCPI de plus-value peut se constituer un patrimoine immobilier selon la stratégie financière retenue par la société de gestion. En tant qu’associés, vous pouvez alors tirer les fruits de cette stratégie orientée sur de l’achat revente immobilier.
Quel capital pour devenir rentier à 50 ans ?
Plus le rendement est élevé, plus le capital nécessaire à vos 50 ans pour devenir rentier sera moindre.

Recevoir une brochure

Quels sont vos objectifs d'investissement ?

Recevoir une brochure

Recevoir une brochure